apprentissage propreté
Le monde des Kids

Les 6 étapes clefs de l’apprentissage de la propreté.

Spread the love

Apprendre la propreté à son enfant demande beaucoup de patience et de persévérance. D’ailleurs, bien souvent, cette étape fastidieuse fait l’objet de beaucoup de jugement du style « Tiens, il n’est pas encore propre ? ». Ne vous laissez pas accabler. L’important reste le bien-être de l’enfant et pour cela, il faut simplement respecter son rythme. Gardez votre calme, il n’y a pas de course ! L’apprentissage de la propreté se fait petit à petit.  

Les 6 étapes clefs de l’apprentissage de la propreté :

1- Ne brusquez pas votre enfant :

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’avant de devenir propre, l’enfant doit apprendre à contrôler sa vessie et ses selles. Cette évolution n’arrive que vers l’âge de deux ans. Comprenez donc qu’avant cet âge, il n’est pas nécessaire de mettre l’enfant au pot. Il ne saura pas se retenir, tout simplement, car il ne comprend pas la sensation de « vessie pleine » par exemple. Ensuite, il faut déceler le moment où il se sent prêt tant bien psychologiquement que physiologiquement. Pour cela, il y a des petits indicateurs, en voici une liste non-exhaustive :

– Il commence à savoir sur son pot seul.

– Il est curieux au sujet des toilettes, vous suit même parfois.

– Sa couche peut rester sèche plusieurs heures.

– Il vous dit quand sa couche est sale.

– Il est réceptif aux lectures sur ce thème du type ” Qui a t’il dans ta couche ” , ” Tchoupi va au pot “, …

– Etc…

Tant que ces premiers signes n’apparaissent pas, c’est que votre enfant n’est plausiblement pas encore prêt à passer ce cap. Il s’avère donc inutile de le forcer à devenir propre. Bien au contraire, cela pourrait le brusquer et avoir des effets négatifs comme le ralentissement de son apprentissage.

Généralement, l’enfant commence à devenir propre la journée, puis la nuit. Si pour la journée le processus dure en 3 à 6 mois, pour la nuit cela peut être plus long. On dit qu’avant l’âge de 5 ans, il n’est pas nécessaire de s’inquiéter s’il y a des « accidents ».

Ce qu’il y à retenir dans tout cela, c’est que, c’est  l’enfant lui-même qui décide quand il est prêt à devenir propre. Faîte-lui confiance, soutenez-le, mais ne forcez surtout pas les choses.

2- Définir un moment propice à l’apprentissage :

Si comme dit plus haut, le moment le plus propice est celui ou l’enfant manifeste les premiers signes, il se peut que cela ne tombe pas à pic. Si vous êtes en pleins déménagement par exemple, il vaut peut-être mieux attendre un peu afin de pouvoir installer une vraie routine par la suite.

Soyons honnête, s’il n’y a pas vraiment de moment idéal. Cependant, beaucoup disent que durant la période de l’été, l’apprentissage s’avère plus simple. Cela vient sûrement du fait, qu’un short s’enlève plus rapidement qu’un pantalon, etc.

3- Essayer de le familiariser avec son pot ou son adaptateur de toilette :

Au départ, il convient, par exemple, de lui présenter le pot, de l’inviter à s’y asseoir. Peu importe s’il a son doudou ou encore s’il est habillé. L’essentiel est qu’il prend connaissance de l’objet, puis que vous puissiez lui expliquer à quoi il sert. N’hésitez surtout pas à l’encourager du style : «  Tu ne veux pas faire pipi comme papa et maman » lorsqu’il a envie. S’il se sent prêt, il prendra un malin plaisir à essayer de vous imiter. Bien sûr, même si au départ, il va au pot sans rien y laisser, ne vous fâchez pas. Rester positive et encouragez-le pour que la prochaine fois soit la bonne !

Maintenant parlons accessoires bébé, le pot est souvent recommandé pour les plus petits, notamment par rapport à sa stabilité et au fait que l’enfant à les pieds qui touchent terre. Toutefois et pour moi,  ce fut le cas, mon fils a toujours préféré l’adaptateur de toilette pour faire vraiment comme les grands. Nous avons donc opté pour un joli modèle du site Sauvel Natal ainsi qu’un marche pied pour qu’il puisse y accéder seul, mais aussi pour qu’il puisse  s’appuyer e qui est nécessaire pour une bonne évacuation des selles. Comprenez juste que chaque enfant à ses préférences, mais si vous souhaitez des accessoires de qualité, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil sur ce site.

apprentissage de la propreté apprentissage de la propreté

4- Établir une routine d’apprentissage :

La routine est différente selon chacun. Cependant, il est recommandé de mettre son enfant sur le pot à des heures régulières. Par exemple, après manger, après le bain, etc. Même s’il ne fait rien, ce n’est pas important, c’est juste une manière de lui faire comprendre que s’il a besoin le pot est là. Au contraire, s’il y fait ses besoins, félicitez-le.

Bien entendu, si votre enfant est gardé (garderie, nounou), n’hésitez pas à leur en parler pour que de leur côté, il puisse respecter votre routine et donc faciliter l’apprentissage de votre enfant.

5- Passer à la culotte : 

Si votre enfant commence à utiliser le pot de manière régulière, vous pouvez commencer à lui mettre des culottes. Lors de cette étape, n’hésitez pas à lui rappeler d’aller faire ses besoins. Toutefois, s’il y a des accidents, dîtes lui que ce n’est pas grave, que la derrière fois, il avait été au pot est que cela était très bien. Rappelez-lui ses exploits pour éviter en fait qu’il perde en estime de lui-même. D’ailleurs à ce sujet, si jamais, il y avait trop d’accidents, l’enfant doit pouvoir reprendre sa couche sans se faire blâmer. Comme on dit Rome ne s’est pas fait en un jour, l’apprentissage de la propreté non plus, ne se fait pas aussi rapidement.

Bien entendu, si vous faites une sortie longue en voiture, n’hésitez pas à lui mettre une couche, mais si au contraire vous faites une sortie rapide, osez lui mettre une culotte ! Petit à petit, l’enfant va prendre confiance en lui et vous demander plus facilement pour aller faire ses besoins auxquels cas, il faudra emmener le pot ou le réducteur de toilette avec vous en vacances par exemple !

6- S’il est propre la journée, supprimer la couche du dodo :

Si votre enfant est propre la journée et qu’à plusieurs reprises, vous avez pu constater que sa couche est restée propre pendant la sieste, n’hésitez pas à lui supprimer. S’il y a des accidents, rappelez-lui qu’il peut vous appeler pour faire pipi la nuit, que vous êtes là pour l’épauler.

En gros, ce qu’i faut retenir, c’est qu’avant les 4 ans de l’enfant il ne faut pas s’inquiéter, voire même 5 ans pour l’apprentissage de la propreté la nuit. D’ailleurs, si à un moment votre enfant semble régresser, n’hésitez pas à reprendre les étapes unes par unes. Les clefs de la réussite sont la patience et la persévérance.

 

Que penses-tu de ces étapes ? Quelle est ton expérience personnelle dans l’apprentissage de la propreté de l’enfant ?

Blog de maman

Les 6 étapes clefs de l’apprentissage de la propreté.

Autre article : Donner goût aux livres à son enfant: Le réconforter, apprendre et jouer.
*Produit reçu en test 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *